Il y a deux semaines, le réseau social numéro un de la planète faisait son entrée à la bourse de New York. Il s’agissait de la plus grosse entrée en bourse pour un site Internet. Rappelons que Facebook créé en 2004, compte plus de 900 millions d’utilisateurs actifs dont 26,3 millions en France.
Cette entrée en bourse constituée l’une des plus grosses attentes de l’année. Lancée à 38 dollars (30 euros), l’action rencontre depuis son lancement une baisse continue. Elle atteint aujourd’hui la somme de 28 dollars.  Il s’agit donc de l’introduction la plus ratée ! Encore un effort et nous pourrons tous en acheter. Certains analystes, pensent que cela devra s’améliorer sur le long terme et que le chiffre d’affaire devrait exploser rapidement. Notons que les nouvelles acquisitions que Facebook envisage de faire ont contribué à plomber le titre.

Dernièrement, le réseau social a racheté Instagram pour 1 milliard de dollars (766 millions d’euros). Le site Web spécialisé dans le partage de photographies comptait plus de 15 millions d’utilisateurs et venait juste de lancer son application pour Android.

Contre toute attente, après ce rachat le réseau social s’auto-concurrence en lançant « Facebook Camera », une application pour mobile similaire à Instagram.

Enfin, Facebook n’est pas près de s’arrêter en si bon chemin, puisqu’il tente, pour la quatrième fois, le rachat de la start-up israélienne Face.com, spécialisé dans la reconnaissance faciale. Pour ce rachat, Mark Zuckenberg propose d’échanger des actions avec le moteur de recherche russe Yandex, qui détient 18,4% de la start-up. Les résultats du réseau social en bourse pourraient nuire à cette négociation.

Rachat à  plus d’un milliard, valorisation démentielle en bourse puis chute libre, tout cela ne serait pas le signe d’un nouvelle bulle spéculative du secteur internet ? Rappelez-vous, le secteur avait atteint des sommets en 2000 pour s’effondre brutalement ensuite. Les scénarii se ressemblent mais présentent tout de même quelques différences. À suivre !

facebook logo