Le Short Messaging Service fête ses vingt ans aujourd’hui. C’est Neil Papworth qui a écrit « Merry Christmas », le premier message le 3 décembre 1992 en utilisant le réseau de Vodafone depuis son ordinateur. Et: c’est près de 4000 milliard de textos, comme on les appelle aussi, font le tour du monde aujourd’hui.

C’est l’occasion de faire un retour sur l’histoire des messageries instantanées. Que de chemin parcouru  depuis Tatoo, Tam Tam et Kobby ! Vous souvenez-vous de ces premiers récepteurs avant la généralisation des téléphones portables ? C’était déjà une révolution en 1995 pour les clients des services de radiomessagerie proposés à l’époque par France Telecom, Cegetel et Bouygues. Pour la première fois, le grand public découvrait la notion d’être joint à tout moment et surtout quelque soit l’endroit où il se trouve. De plus le lancement commercial de Tatoo a permis de développer le concept de « Tribu » avec le slogan « garder le contact avec ta tribu ». Tandis que désormais on parle de « communauté » et de « rester connecté avec son réseau ».  Aujourd’hui c’est à peu de chose près le même concept avec des technologies différentes bien évidement. Le grand public profite de moyens très simples pour communiquer grâce aux innovations des terminaux et des réseaux de télécommunication.

Avec 213 sms en moyenne par personne envoyés en septembre 2012, le sms est devenu un nouveau moyen de communication rapide et pratique. Techniquement les sms n’utilisent pas la même bande passante que les communications voix ; car ils passent par des canaux de signalisation du GSM. Depuis 2012, les échanges par sms ont explosé ; cela peut s’expliquer par les offres de forfaits très avantageux pour l’envoi illimité de sms. Le sms s’est véritablement démocratisé en France et à l’étranger même si les messageries instantanées comme Facebook Messager sont en train de prendre le pas sur les services de messageries sur smartphone.