C’est aux États-Unis qu’Apple lance Apple Pay, son nouveau service de paiement sans contact en même temps que la commercialisation de son Iphone 6.

Apple Pay est un service de paiement dématérialisé destiné à faciliter les achats en ligne et dans les boutiques physiques. Fidèle à la marque, ce nouveau mode de réglement se veut simple. Il suffit d’enregistrer sa carte bancaire dans l’Ipad ou l’Iphone via l’application Passbook qui regroupe les cartes bancaires et de fidélité ainsi que les titres de transport. Il ne reste qu’à sortir son téléphone pour payer, via la puce NFC intégrée dans les appareils compatibles et à valider le règlement.

Cependant, la polémique du paiement sans contact reste d’actualité et la frilosité de certains face aux risques de piratage en freine plus d’un. Apple devra fournir encore quelques efforts pour convaincre, comme le confirme le sondage InfoScout. Il révèle que sur le nombre d’utilisateurs éligibles à l’Apple Pay, seuls 13,1 % l’ont testé en juin contre 15,1 % en mars et 19 % refusent d’utiliser ce service par peur de dysfonctionnement. Toujours selon ce sondage, il semblerait que les usagers potentiels ont tout bonnement oublié qu’ils possédaient l’Apple Pay, chiffres qui passent à 34 % en juin, contre 32 % en mars. Quant aux ventes liées, elles ne représentent que 3 %.

Ainsi, les nouvelles technologies mettent parfois du temps à triompher. Des efforts constants s’imposent aux firmes, car un recul est nécessaire avant que les utilisateurs se décident à l’employer.