Maxi Sopo ce n’est pas un Maxi suppositoire 2.0 mais bel et bien le nom d’un fugitif Camerounais qui vivait aux USA. A l’époque, il vendait des roses dans les boites de nuit et il gagnait sa vie très difficilement. Puis il a décidé un jour de participer à une fraude bancaire avec un de ses amis, ce qui lui a rapporté 200.000 dollars. Il s’est alors enfuit des USA avec le butin. Jusque là tout allait bien dans le meilleur des mondes !

Mais tout le monde le sait, la règle n°1 quand on a braqué une banque, c’est de ne plus parler ni à ses anciens amis et ni à sa famille, pour éviter de se faire attraper par la police.

Cette règle, Maxi Sopo ne l’a pas respectée, et il a même fait pire : il s’est inscrit sur Facebook et a ajouté tous ses anciens amis ! Et parmi eux, il a ajouté une de ses connaissances qu’il avait rencontré lors d’une soirée en boite de nuit. Malheureusement, cet « ami » n’était nul autre qu’un ancien employé du département de justice américain. L’ancien flic a dénoncé Maxi Sopo aux autorités Américaines, qui ont alors regardé et suivi le profil du fugitif pendant plusieurs semaines. Maxi Sopo racontait dans ses statuts Facebook qu’il vivait dans un paradis, qu’il s’amusait tout le temps. Au fil du temps, la Police a trouvé le lieu de résidence du jeune homme, qui vivait à Cancun au Mexique.

Et pour finir, la justice mexicaine a arrêté Maxi Sopo le mois dernier.

Donc une fois de plus, faites attention à ce que vous mettez sur Facebook, surtout si vous êtes recherchés par Interpol ! o/

facebook-prison