Apparu il y a plus de dix ans aux États-Unis, le concept de la consommation collaborative est actuellement en plein essor dans toute l’Europe. Fondée sur le principe d’un modèle économique où il est question de louer, de partager ou d’échanger un produit ou un service, ce type de consommation est plutôt axé vers l’usage que sur la propriété. C’est surtout grâce à l’expansion des réseaux internet que ce principe a connu un si grand succès. Ainsi, depuis les années 2000, l’essor de cette tendance est fortement lié à l’expansion de l’usage de l’internet. Depuis les grandes places de marché aux secteurs proposant la location ou l’emprunt entre particuliers en passant par les services de l’autopartage ou d’hébergement, la consommation collaborative apporte un changement radical face aux anciens systèmes économiques.

Les origines de la consommation collaborative

C’est dans la revue de Ray Algar édité en avril 2007 et intitulé Leisure Report que le terme “Consommation Collaborative” a fait sa première apparition. Ce livre expliquait comment les acheteurs qui avaient une certaine connaissance du Web pouvaient avoir un pouvoir de négociation plus grand face au vendeur. De même, il souligne la possibilité de ces acheteurs d’organiser facilement des commandes groupées afin de faire baisser significativement les prix.

Ainsi, grâce à l’apparition et à la démocratisation des technologies modernes, la consommation collaborative a permis l’expansion des formes d’échange de toutes sortes entre particuliers. Si les systèmes d’échange et de troc ne sont pas nouveaux, Internet ainsi que les places de marché Pair-à-pair ont contribué à leur développement. En effet, c’est grâce aux portails internet et les systèmes Pair-à-pair que les échanges de biens, de services, de compétences, de ressources et d’argent ont pu être optimisés entre internautes. De même, les systèmes de réputation alliés à Internet ont fini par créer et maintenir une certaine confiance entre des utilisateurs qui ne se connaissent même pas.

Les types de consommation collaborative

Actuellement, on peut classer la consommation collaborative sous trois grandes catégories. D’abord, il y a ce qu’on appelle l’économie de fonctionnalité. C’est un système permettant entre particuliers l’utilisation d’un produit quelconque nécessitant un certain coût assez minime au lieu d’acheter le produit. Il y a aussi le système de redistribution de produits qui permet entre les membres de se débarrasser des articles qui ne leur servent plus à travers le troc, la revente ou même le don. Enfin, on peut citer le système qui favorise une collaboration de styles de vie qui permet d’échanger ou de partager par exemple du temps, des services et même des savoir-faire.

Avec la crise et la recherche constante de services et de produits moins coûteux, la consommation collaborative connaît un développement croissant auprès des consommateurs. Le succès rencontré à partir de cette forme de consommation résulte surtout de l’intérêt que portent ses adeptes pour la nécessité de protéger la nature et l’environnement par l’utilisation de moins de ressources naturelles et une diminution des déchets. En effet, c’est une forme de consommation plus durable et plus responsable qui permet de se rencontrer, de consommer, d’expérimenter et d’économiser.